DESSINS  —



        Avec le recul, je perçois un peu mieux la place qu’occupe le dessin dans mon travail. Il s’inscrit en phase préparatoire comme moyen d’investigation des formes. Il me permet, à l’aide de signes graphiques,  de filtrer la réalité et de donner à voir le regard que je porte sur le monde qui m’entoure. Il me permet aussi de hiérarchiser les informations et d’en abstraire l’essentiel.
Le dessin m’apparaît souvent comme un moyen d’évasion, une ressource chaque fois que surgit un doute ; il prend alors la forme d’un travail à part entière,  il fait renaître mon dessein.
L’appréhension d’une feuille blanche, d’un papier velin qui accueille les premières traces de crayon, me fait  redéfinir, par un trait de contour, un espace qui échappe à la norme ; la fragilité de ce lieu me rassure et m’engage dans le désir d’organiser dans cet espace. Le format de mon dessin s’inscrit alors de façon unique dans son propre cadre.

Plâtre, patine, peinture — 2012, texte et images de l’artiste.